petite nouvelle

Publié le par judesigner

il était 16 heures, de fortes bourrasques fouettaient son visage. Quel magnifique visage elle avait, jamais rien vu d'aussi beau. De l'autre côté, le noir et le gris, beaucoup moins drôle. Quand elle le voit aussi, son visage se ferme, elle est toujours belle mais beaucoup plus froide et d'un coup, un frisson me traverse le corps. Nous avançons vers le gris, le noir, le vide. Se jeter comme ça en avant équivaut à un suicide, ou peut être tout simplement à trouver la liberté. Le froid? Glacial, mordant, il attaque de partout, s'insinue dans la moindre faille du vêtement, sinueux et sournois comme un serpent. Ou suis-je, peut être ai-je dormi trop longtemps et je me réveille à peine? Je ne sais plus, et au fur et mesure que je m'enfonce dans les méandres d'un cerveau qui ressemble à un gruyère, elle s'en va. Non, elle ne peut pas s'en aller d'elle même, on doit me l'enlever, elle sait combien je tiens à elle, ça ne peut pas être elle qui veuille de partir. A moins qu'elle est décidée, que le temps était venu. Nous sommes le 25 décembre et pour la deuxième fois de ma vie, je nais. Elle m'a donné vie une seconde fois, d'une façon très différente, mais néanmoins importante. Le jour. Le vert et le bleu on succéder au gris et au noir, mais y ai-je vraimment gagner au changement? Ma vie commence aujourd'hui, maintenant que le cordon est définitivement coupé. Bien sur je la reverrai, mais cela ne sera plus jamais pareil. Ce n'est peut être pas si mal, le jour se lève sur une  nouvelle vie, allons de l'avant. Est-ce un suicide? Non,je pense au contraire que c'est une sortie salvatrice. Marchons droit devant et voyons ou ça nous mènera, de toutes façons le gris et le noirs sont derrière. Qui sait un jour, elle reviendra, ou quelqu'un d'auter qui sait ?

 

Publié dans récits

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article